Lovisa paysagiste Mâcon (06 99 00 88 41)

Comment aménager son jardin pour les oiseaux

Aménager son jardin pour les oiseaux

Du fait de nombreuses perturbations humaines (destruction des haies, des vieux arbres ou utilisation de produits chimiques), les oiseaux ont souvent du mal à trouver des endroits pour nicher ou se nourrir, notamment en zone urbaine. Vous pouvez les aider à votre échelle en créant un coin de nature propice aux oiseaux, d’où seront bannis les produits chimiques.
Un jardin favorable aux oiseaux leur offrira nourriture, eau et abri. Les arbres et les arbustes constitueront des sites de nidification et pourront offrir des baies, les grimpantes comme le lierre constitueront des abris et les fleurs seront fréquentées par les insectes pollinisateurs (parfois mangés par les oiseaux et les chauves-souris) et fourniront parfois des graines en automne. N’oubliez pas bien sûr un point d’eau pour que les oiseaux puissent boire et se baigner.
Dans cet article, nous rappelons les principes importants (créer différents étages de végétation, les fonctions des fleurs et des arbustes, attirer les insectes, dix plantes incontournables, créer un refuge), nous vous conseillons plusieurs espèces d’arbustes, d’arbres et de fleurs, nous rappelons le danger des plantes invasives et nous soulignons l’importance de la mise à disposition d’un point d’eau.

Assurer les besoins vitaux

Pour créer un jardin ou un coin favorable aux oiseaux, il faut que celui-ci leur permette de satisfaire leurs besoins vitaux : manger, boire, s’abriter et nicher. Il faut donc repenser l’aménagement de votre espace en fonction de ces besoins et prévoir des végétaux qui les attireront et les nourriront.  Assurer un approvisionnement en eau pour qu’ils puissent boire et se baigner est aussi essentiel (lire Pensez à fournir de l’eau aux oiseaux sur votre balcon ou dans votre jardin).

 

Différents étages de végétation

Les habitats de transition, comme les lisières des bois ou des marais, sont souvent plus riches en oiseaux que les milieux homogènes (hêtraie ou sapinière pures par exemple). Le but est donc de proposer aux oiseaux différents étages de végétation, sur une certaine largeur. Les espèces n’ont en effet pas tous les mêmes besoins : certaines se nourrissent au sommet des arbres et nichent dans les branches basses, tandis que d’autres se nourrissent au sol et nichent dans les arbustes.
Si vous avez un jardin suffisamment grand, il est donc idéal de planter des arbustes qui tolèrent l’ombre des grands arbres. Ces derniers sont très importants pour les oiseaux grimpeurs comme la Sittelle torchepo (Sitta europae), le Grimpereau des jardins (Certhia brachydactyla), les Pics épeichette (Dendrocopos major) et épeiche (Dendrocopos major).
Si vous possédez un vieil arbre, surtout gardez-le : il  sera vite colonisé par les insectes, et il pourra servir de lieu de nidification aux pics et aux mésanges. Choisissez de préférence une essence donnant des fruits et faisant vivre beaucoup d’insectes comme le pommier.
Pour un petit jardin, plantez des arbustes à végétation dense et basse. Favorisez avant tout des espèces végétales propres à votre région, car les oiseaux y sont habitués.
Taillez vos haies avant la fin mars pour éviter de perturber la nidification.
Les pelouses permettent à certains oiseaux comme la Grive musicienne (Turdus philomelos), le Merle noir (Turdus merula), la Bergeronnette grise (Motacilla alba), ou l’Étourneau sansonnet (Sturnus vulgaris) de trouver leur nourriture (vers de terre, larves, petits insectes). Une pelouse mal entretenue permettra aux pissenlits et aux trèfles de pousser. Un espace herbeux peut ainsi devenir un bon site d’observation.
Si vous préférez une belle pelouse, réservez un petit carré non tondu où pousseront les graminées (fétuque…) qui donneront des graines et abriteront des insectes. Dans ce coin, laissez également pousser les « mauvaises » herbes (Pissenlit, cardère, ortie, trèfle). Les cardères (chardons) attirent les Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis). Le pissenlit, le chardon et le trèfle, une fois montés en graines, attireront les chardonnerets et les Verdiers d’Europe (Chloris chloris). Les graines du Cerfeuil sauvage sont appréciées par les verdiers.

 

Les fleurs

Les oiseaux insectivores (Accenteur mouchet, Rouge-gorge familier, Merle noir…) fréquentent les zones de terre nues dans les parterres de fleurs. Certaines espèces comme les Chardonnerets élégants (Carduelis carduelis), les Verdiers d’Europe (Chloris chloris) et les mésanges apprécient en particulier les graines de tournesol (riches en graisse). Outre leur aspect décoratif, vous pourrez en récupérer les graines pour nourrir les oiseaux durant l’hiver.
Si vous habitez en Amérique du Nord, les fleurs pourront également attirer les colibris. Il est facile d’attirer ces « bijoux » volants avec une boîte à fleurs ou une jardinière garnie de ses fleurs préférées (Ancolie, Campanule, Digitale, Lobélie du cardinal, Phlox des jardins, Capucine, Fuchsia, Géranium, Verveine, Clématite, …) pour qu’il vous rende visite.
Pour vous aider dans le choix des fleurs à planter dans votre jardin, lire Semez ou laissez pousser des fleurs qui produisent des graines pour les oiseaux.

Haies et talus

La haie constitue un brise-vent efficace : elle offre en outre le gîte et le couvert à de nombreuses espèces. Au lieu de choisir les sempiternels alignements de lauriers ou de thuyas, optez pour une haie naturelle constituée de plusieurs sortes d’arbustes dont les fruits attirent les oiseaux et qui fleurissent au printemps.
Si cela est possible, créez ou bien utilisez les talus, les creux ou tout autre accident de terrain, il seront très appréciés des oiseaux qui pourront s’y dissimuler et se placer à l’abri des prédateurs. Les ronces que vous laisserez pousser permettront aux oiseaux de nicher et leurs fleurs leur fourniront de nombreux insectes. Les mûres régaleront à la fin de l’été les Merles noirs et les grives.
Pour leur assurer un abri, vous pouvez également tout simplement déposer un tas de branches dans un coin du jardin.

Plantes grimpantes

Si vous possédez un mur ou une cabane, faîtes pousser des plantes grimpantes (chèvrefeuille, lierre, Morelle douce amère, Vigne vierge) qui sont idéales pour la nidification des oiseaux, pour leur permettre de se cacher des prédateurs et de s’abriter en hiver. En outre, les vignes et autres grimpants servent à verdir les petits espaces, à habiller les murs aveugles et à masquer les structures inesthétiques.

Arbustes et fruits offrant des fruits

Les s oiseaux sont attirés par les arbustes fruitiers et les arbres produisant des graines et des conifères. Ces derniers, en plus de fournir des graines aux Becs-croisés des sapins (Loxia curvirostra) (en montagne), aux Sittelles torchepots, aux mésanges et aux Fringilles comme le Chardonneret élégant ou le Verdier d’Europe, offrent un endroit pour nicher en sécurité et un couvert pour se réfugier en cas d’intempéries ou d’attaques de prédateurs.
Les arbres et arbustes fruitiers seront visités notamment par les Merles noirs et les grives.
Les arbres producteurs d’akènes (glands, noix, faines et noisettes) attireront le Geai des chênes (Garrulus glandarius) (si vous n’êtes pas trop loin d’un bois), la Sittelle torchepot (Sitta europae), voire un Écureuil roux (Sciurus vulgaris).

Attirer les insectes

Les insectes ont trois exigences principales, qu’il convient de respecter au mieux pour les attirer (et les retenir) : de la nourriture, des abris et un lieu de reproduction. De façon très générale (mais efficace), essayez simplement de diversifier les milieux, plantes et cachettes. Un jardin avec des plantes variées attire beaucoup plus d’animaux qu’un jardin « propre » et « géométrique ». Un jardin bien entretenu, avec des fleurs fanées soigneusement coupées et des mauvaises herbes consciencieusement éliminées, n’abritera pas une grande variété d’insectes, alors qu’un jardin quelque peu « négligé », où l’on laisse les fleurs monter en graines et les plantes se ressemer naturellement, profitera aux oiseaux.
L’idéal (si vous avez un jardin d’une certaine taille !) est donc de planter des haies vives composées d’espèces naturelles, avec un potager et un verger, une prairie fleurie, une mare, des parterres de fleurs sauvages et d’herbes folles. Bien souvent, vous vous contenterez de quelques-uns de ces éléments. Les insectes sont particulièrement importants en période de nidification. En effet, la plupart des oiseaux de jardin (même les granivores) nourrissent leurs petits d’insectes, riches en protéines.
Plus le feuillage des arbustes choisis est abondant et plus les insectes seront nombreux.
Il faut bien prendre conscience que dans un jardin favorable aux oiseaux il est préférable de bannir l’utilisation de produits chimiques tels que les insecticides et les herbicides car ils peuvent empoisonner directement les oiseaux et supprimer leur nourriture.

Le travail de la terre

La façon de travailler votre terre a également un impact sur l’attractivité de votre jardin : un jardin bien retourné en automne est un milieu triste et assez pauvre. Favorisez la présence d’un couvert végétal minimum durant la mauvaise saison, en plaçant du foin, des feuilles, des écorces de cacao ou des tontes de gazon sur la terre de votre potager ou de vos plates-bandes. Si vous avez peur que ce foin ou ces herbes coupées ne favorisent la pousse de « mauvaises herbes », vous pouvez choisir d’étendre des composts de déchets verts.

Dix plantes indispensables

Dans les chapitres suivants, nous vous conseillons plusieurs espèces d’arbustes, d’arbres et de fleurs, mais voici déjà une sélection de dix plantes « incontournables », utiles pour la faune (pas uniquement les oiseaux), et qui pourront également être installées dans un petit jardin urbain.

Nom Arguments
Tournesol (Helianthus sp.) Une fleur incontournable. Il faut toutefois éviter les variétés doubles (celle par exemple qui figure dans le célèbre tableau de Van Gogh), leurs pétales supplémentaires signifiant qu’il y a moins de pollen disponible pour les insectes. Ces fleurs sont décoratrices et offrent des graines pour les oiseaux au moment du changement de saison.
Digitale (Digitalis sp.) Il s’agit de fleurs classiques très attractives pour les espèces pollinisatrices, comme les bourdons. Leurs fleurs apparaissent entre juin et septembre. Attention toutefois, ces plantes sont toxiques si elles sont consommées par les humains ou les animaux.
Thym (Thymus sp.) Les fleurs de cet arbuste attirent les abeilles et les autres espèces pollinisatrices, et il constitue un excellent abri pour les coléoptères et d’autres invertébrés qui constituent une source de nourriture pour les oiseaux.
Lavande (Lavendula sp.) Les fleurs de cet arbuste attirent les abeilles et les papillons et quand elles montent en graines, les oiseaux peuvent en profiter.
Chèvrefeuille (Lonicera sp.) Les fleurs de cette plante grimpante sont très attractives pour de nombreux insectes en été, et les fauvettes et les grives adorent ses baies.
Sorbier des oiseleurs (Sorbus aucuparia) Les baies rouges de ce petit arbre sont très appréciées en automne par les oiseaux (notamment les grives et les merles), et sa petite taille en font un très bon choix pour les petits jardins en ville.
Sédum remarquable (Sedum spectabile) Les fleurs de cette espèce fournissent du nectar tard dans la saison et sont très appréciées par les syrphes, les abeilles et les papillons. Les sédums en général sont des plantes très intéressantes car décoratives et rustiques.
Buisson ardent (Pyracantha sp.) Cet arbuste dense offre un refuge sûr aux oiseaux et leur fournit de la nourriture (baies rouges). Le nectar de ses fleurs est très apprécié des insectes.
Vinette (Berberis sp.) Une très bonne plante pour les bordures. Les nombreuses variétés fournissent du nectar aux papillons et un abri pour leurs chenilles.
Salicaire commune (Lythrum salicaria) Cette plante appréciera les parties les plus humides de votre jardin. Elle fleurit de juin à la fin du mois d’août et constitue une importante source de nectar, surtout pour les sphinx.

Créer un refuge LPO

Si votre jardin est devenu un petit paradis pour les oiseaux, pourquoi ne pas le transformer en refuge LPO (Ligue pour la Protection des Oiseaux) ? La surface du refuge importe peu : même le plus petit jardin peut se révéler extraordinaire avec un peu de patience et d’enthousiasme.
Toute le monde peut inscrire son jardin ou sa propriété, que l’on soit un particulier ou une entreprise, un propriétaire ou un locataire (avec l’accord du propriétaire). Une fois inscrit au réseau des refuges, après en avoir signé la charte, vous recevrez un coffret « refuge LPO » contenant les éléments indispensables à la création de votre refuge (un nichoir évolutif adaptable à différents oiseaux, un panneau Jardin d’oiseaux », des brochures « Oiseaux de votre jardin » et « Oiseaux d’automne et d’hiver », et les cinq premières fiches pratiques pour aménager votre refuge).
Contact : LPO Service Refuge LPO – Corderie Royale – BP 263 – 17305 Rochefort cedex – Tel : 05 46 82 12 34 – Site web : www.lpo.fr.

Source : Ornithomedia